[Rapport] Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana’

ANAMIA (« La sociabilité ‘Ana-mia’ : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors-ligne », ANR09-ALIA001) est un projet de recherche fondamentale, commencé en 2010 et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il est réalisé par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, en France et au Royaume-Uni.

Documents

Rapport : Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana’

Infographie : résultats et recommandations du projet de recherche ANAMIA

Résumé en français

English summary

 

Dans le jargon d’internet, « Ana » et « Mia » désignent l’anorexie et la boulimie mentale. Il existe des sites web conçus et gérés par les internautes pour parler de ces troubles des conduites alimentaires (TCA). Le ton provocateur de certains d’entre eux, allant jusqu’à affirmer que ces troubles sont un choix de vie plutôt qu’une maladie, a attiré l’attention des médias et des décideurs politiques, et leur a valu la qualification péjorative de « pro-ana » ou « pro-mia ». Les internautes peuvent aller jusqu’à décrire leurs crises, leurs vomissements, leurs envies d’un corps filiforme (surtout les jambes – v. le phénomène du thigh gap) inspiré par les photos de célébrités retouchées et amincies (thinspiration).

 

Infographie_ANAMIA_2013_Web_et_TCA
Infographie: Résultats de l’enquête ANAMIA et recommandations pour médecins, décideurs publics et parents de personnes atteintes de troubles alimentaires. Auteur: Roberto Clemente.

 

Pendant longtemps, il a été impossible d’obtenir des données de qualité sur la fréquentation de ces sites dont les contenus (textes, photos, échanges…) sont souvent cachés pour contourner la censure. L’enquête ANAMIA est la première à permettre une analyse de l’entourage social, des réseaux sociaux, des pratiques alimentaires et des usages numériques de personnes atteintes de TCA dans le web anglophone et francophone.

Les résultats principaux du projet, invitent à repenser la notion même de pro-ana : l’apologie de l’anorexie est loin de représenter la totalité des postures et des pratiques dans ces communautés. De manière générale, ces sites représentent un complément de sociabilité pour leurs membres, des lieux où ils construisent des réseaux de solidarité pour accéder à des formes de soutien et d’entraide qui ne seraient pas disponibles autrement, et qui s’ajoutent à l’offre de soins proposée par les systèmes de santé. Les internautes refusent rarement les soins ; au contraire, ils recherchent une complémentarité avec le système médical surtout lorsque ce dernier est mal équipé pour les prendre en charge (dans le cas des « déserts médicaux » par exemple).

 

» Télécharger le rapport : « Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana' » (pdf, 92 pages)

Social Share Toolbar