Mettre en prison les internautes anorexiques ? Il faut s’opposer longtemps aux fausses bonnes idées

Les mauvaises idées populistes sont tenaces. C’est pourquoi il faut s’y opposer longtemps.
Le jour 24 novembre 2015, le dangereux amendement « anti-anorexiques » de la Loi Santé, qui créait le « délit d’incitation à la maigreur extrême », a été rejeté pour la troisième fois en neuf mois.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/politique/loi-sante-l-assemblee-supprime-le-delit-d-incitation-a-la-maigreur-excessive_1739207.html

Loi santé: l’Assemblée supprime le délit d’incitation à la maigreur excessive – L’Express

La mesure, visant à pénaliser les sites « pro-ana » (un an de prison et de 10 000 à 75 000 € d’amende), avait été présentée en mars 2015. Tout de suite retirée après la réaction d’ANAMIA, de la FNA-TCA et de plusieurs professionnels et chercheurs qui avaient mis en garde contre les effets négatifs de cette fausse bonne idée, elle avait été réintroduite et approuvée par l’Assemblée nationale en avril. Rejetée en septembre par le Sénat (après l’audition d’Antonio Casilli devant la Commission des affaires sociales), elle avait ensuite été remise à l’ordre du jour lors de la deuxième lecture à l’Assemblée (après l’échec des travaux de la Commission mixte paritaire).

L’énième défaite de cette mesure inutile et contre-productive sera, on l’espère, la dernière. Cette fois-ci elle a perdu le soutien politique des commissions qui l’avaient portée, et de la ministre Marisol Touraine qui l’avait voulue. Cette issue a été aussi rendue possible par notre étude ANAMIA, dont les résultats ont été cités par les députés lors du débat à l’Assemblée Nationale.

Cette entrée a été publiée dans Blog. Sauvegarder le permalien.