23 mars 2012

À propos d’ANAMIA

Les résultats présentées dans l’ouvrage « Le phénomène ‘pro-ana' », des sociologues Antonio A. Casilli et Paola Tubaro (Presses des Mines, 2016) s’appuient sur l’enquête sur le web des troubles alimentaires menée à partir de 2010 dans le cadre du projet de recherche ANAMIA.

Le projet ANAMIA a eu cette ambition : améliorer la connaissance de la structure, du fonctionnement et de l’évolution de la constellation de sites web, blogs et forums qui tournent autour des TCA (troubles des conduites alimentaires). Par ailleurs, la vie quotidienne et la sociabilité, en ligne et hors ligne, des usagers occupent le cœur de l’étude : comment se lient-ils d’amitié entre eux et avec d’autres personnes, avec qui parlent-ils quand « ça ne va pas », auprès de qui recherchent-ils des informations sur l’alimentation et la santé ? Le projet vise à connaître sans juger et sans l’ambition de guérir. L’objectif ultime est d’offrir de nouveaux éléments de compréhension aux professionnels de santé, aux proches et aux familles des personnes souffrant de troubles liés à l’alimentation et à l’image de soi.

Une meilleure connaissance de ces communautés en ligne va aussi permettre de concevoir des politiques de santé publiques mieux adaptées. Par exemple, des campagnes d’information ou de prévention parviendraient à joindre davantage de personnes vulnérables en circulant par bouche-à-oreille sur les pages Web des membres de ces communautés, que si elles étaient simplement affichées sur un site généraliste. Ou alors, la crédibilité et l’efficacité de telles campagnes pourraient être renforcées en identifiant des acteurs influents (administrateurs de forums, auteurs de blogs très visités) et en recherchant activement leur soutien.

Le projet ANAMIA est financé par l’Agence Nationale de la Recherche : il n’a pas de finalités commerciales, et n’est pas directement associé à des institutions médicales. Il est conduit par une équipe multidisciplinaire impliquant des sociologues, des psychologues, des philosophes, des juristes, des économistes et des informaticiens de cinq établissements d’enseignement supérieur et de recherche en France.

Les contenus scientifiques du projet ambitionnent à dépasser les approches traditionnelles pour proposer une démarche transdisciplinaire ancrée dans les sciences sociales. L’équipe du projet a réuni sociologues, psychologues, philosophes, juristes, économistes et informaticiens de cinq établissements d’enseignement supérieur et de recherche en France. Une fiche de présentation fournit les détails pratiques relatifs au budget et aux partenaires du projet.